I maginez si vous avez brisé les lois d’une nation et la société est sur le point de vous punir, même de vous enlever la vie.  Y-a-t-il de l’espoir pour vous?

Savez-vous que, plus important encore, devant Dieu vous êtes un malfaiteur, vous avez brisé sa loi?  Donc, qui que vous soyez, la question se pose aussi pour vous : y-a-t-il de l’espoir pour vous?

Lorsque Christ fut crucifié, deux malfaiteurs furent crucifiés avec Lui.

Les deux étaient coupables de crimes; la punition de ce temps pour ces crimes était la crucifixion.  Voyons ensemble comment il y avait de l’espoir.

Luc chapitre 24 versets 39, 40 : « L’un des malfaiteurs qui étaient pendus l’outrageait aussi, en disant : Si tu es le Christ, sauve–toi toi–même, et nous aussi.  Mais l’autre, le reprenant, lui dit : Ne crains–tu donc point Dieu, car tu es condamné au même supplice ? »

Oui, étant coupables nous méritons une juste punition!

Le malfaiteur continue:

Verset 41 : « Et pour nous, c’est avec justice, car nous souffrons ce que nos œuvres méritent ; mais celui–ci n’a fait aucun mal. »

Au lieu de continuer à faire le mal, il reconnaît autant sa culpabilité que l’innocence de Christ.

Verset 42 :  « Et il disait à Jésus : Seigneur, souviens–toi de moi, quand tu seras entré dans ton règne. »

Il croit dans son cœur et dit de sa bouche que Jésus est le Seigneur, celui qui règne, le Messie de Dieu, le Sauveur, et il croit que Christ peut l’aider pour avoir une part dans son règne.

Verset 43 :  « Et Jésus lui dit : Je te le dis en vérité, tu seras aujourd’hui avec moi dans le paradis. »

Notez la simplicité.

– Il reconnaît que ses actions méritent une juste punition.

Comme vous et moi, nos péchés, les lois de Dieu que nous avons brisées font que nous méritons une juste punition, l’étang ardent de feu et de soufre, la seconde mort.

– Il veut se repentir, c’est-à-dire se détourner de sa méchanceté et se tourner vers Christ.

– Il croit que Christ est innocent.  Christ est mort en sacrifice, en rançon à notre place.

– Il croit que Christ peut l’aider malgré ses péchés.  Il n’a aucune bonne oeuvre à offrir, ni baptême ou autre rite religieux.  Mais il croit dans la puissance de Christ pour effacer ses péchés et le recevoir dans son royaume.

– Christ lui promet qu’il sera avec lui après la mort et cela même s’il n’a fait aucune bonne œuvre.

Que nous soyons plus ou moins malfaiteur que cet homme, notre seul espoir pour être reçu par Dieu c’est par la repentance et la foi en Christ.

Le pardon des péchés n’est pas lié à ce que nous pouvons faire, plutôt, à la foi dans notre cœur en la capacité de Christ de nous sauver par son sang versé pour nous.

Oui, mon ami, il y a de l’espoir, mais seulement en Christ.  Tournez-vous vers Lui comme ce malfaiteur.

Auteur: Pasteur Eric Labonté, Église Baptiste de Montréal, Montréal, Québec

Crédit d’image: nixxphotography <http://www.freedigitalphotos.net/images/view_photog.php?photogid=2217>